2000/01 : Henry Purcell : King Arthur

Dimanche 29 avril 2001 – auditorium de l’Enmd d’Aurillac
11h et 19h30
Comédiens : Classe théâtre Lycée E. Duclaux – Aurillac
Professeur : J. Jacques Raible
Angélique Brugeron, Sylvie Carlat, Victor Egéa, Camille Faure, Amélie Grange, Katia Landré,
Romain Lecoq, Lydie Mommalier, Stéphanie Noël, Sandrine Savajols
Solistes : Anne Berton – Olivier Baraud
Sébastien Lachanat – Pascal Baron
Continuo :  Claudine Blanc – Jean Yves Depecker
Ensemble instrumental :
Denada Ahmeti, Ivana Đurić, Herida Duro, Bledar Zelko, Christelle Lebouteiller,
Sophie Boucheix  Aurèle Bobichon, Camille Jarrety, Marceline Cointre

De quoi s’agit il ? Ni d’une pièce de théâtre, ni d’un réel opéra. En 1601, l’auteur du texte, John  Dryden et le compositeur Henry Purcell se sont associés pour mettre en scène cette intrigue, riche en rebondissements, pour en faire un « masque », très ancien divertissement anglais.
King Arthur est conçu comme une série de tableaux où les personnages principaux parlent, mais ne chantent pas…Qui chante alors ? Ceux qui ne participent pas  directement à l’action … des prêtres et des guerriers… des bergers et des bergères… des dieux… des génies… des nymphes et des sylvains qui viennent commenter, ponctuer …
Personnages :
Arthur : Roi Breton, chrétien
Merlin : Enchanteur proposant son aide à Arthur
Conon : Duc de Cornouailles, vassal du Roi Arthur
Aurelius : ami d’ Arthur
Albanact : commandant de la garde de l’armée d’Arthur
Oswald : Roi du Kent, païen
Osmond : Magicien saxon, païen
Emmeline : fille de Conon, fiancée d’Arthur mais visée par Oswald
Mathilde : suivante d’ Emmeline
Grimbald : Esprit de la Terre
Philidel : Esprit de l’Air
La première sirène
L’intrigue : Arthur le Breton, roi très chrétien, et Oswald le Saxon, roi très païen, sont rivaux.. Aidés de leurs enchanteurs –Merlin aux côtés des bons, Osmond aux côtés des méchants- , ils se disputent la Bretagne et la belle Emmeline, jeune fille aveugle. Après maintes épreuves, Emmeline recouvrera la vue et sera délivrée par Arthur et Merlin de tous les maléfices saxons.
Et l’amour, l’honneur et la paix triompheront, sauvés comme par enchantement…
Longtemps données en version de concert, les musiques de Purcell retrouvent, à travers ce projet, leur place initiale : la scène, incluant les chœurs parmi les acteurs, les solistes et les instrumentistes.